Pouvoirs supranaturels des Ainsi-venus
Les pouvoirs miraculeux de l'Ainsi-Venu
(
如來神力品, Nyorai Jinriki hon, Rulai shenli pin)

Sutra du Lotus*
妙法蓮華經
Chapitre XXI

 

A ce moment*, les bodhisattvas-mahasattvas qui avaient surgi de Terre en nombre égal aux particules de mille mondes, joignirent tous unanimement les paumes devant l'Éveillé, regardèrent avec adoration le visage du Vénéré et s'adressèrent à lui : "Vénéré du monde*, après le parinirvana du Bouddha, nous exposerons amplement ce Sutra, dans les royaumes où résident les corps d'émanation du Vénéré du monde* et où ils seront passés en parinirvana. Pourquoi cela ? C'est que nous aussi nous désirons obtenir pour nous-mêmes ce grand Dharma, authentique et pur, le recevoir et garder, le lire, le réciter, l'expliquer, le copier et lui faire offrande."

Alors le Vénéré du monde*, devant l'ensemble de la multitude, Manjushri* et les innombrables milliers de millions de myriades de bodhisattvas-mahasattvas demeurant de longue date dans le monde Saha*, ainsi que les bhiksus* et les bhiksunis*, les upasakas* et les upasikas*, les devas*, nagas*, yakshas*, gandharvas*, asuras*, garudas*, kimnaras*, mahoragas*, humains et non-humains, manifesta ses grands pouvoirs supranaturels en sortant une langue large et longue qui monta jusqu'au Séjour de Brahma ; tous ses pores émirent d'innombrables et incalculables rayons de lumière colorée qui illuminèrent universellement les mondes des dix directions. Il en alla de même pour les bouddhas sur leurs trônes léonins au pied de la multitude d'arbres de matières précieuses: ils sortirent une langue large et longue et émirent d'innombrables rais de lumière.

Le Bouddha Shakyamuni ainsi que les bouddhas au pied des arbres précieux manifestèrent leurs pouvoirs mystiques pendant une durée de cent fois mille années pleines; après cela ayant ramené en eux la langue, tous en même temps chassèrent avec force la voix de la gorge et claquèrent ensemble des doigts. Ces deux sons s'étendirent universellement aux mondes de bouddhas des dix directions, où partout leur terre trembla de six façons. Les êtres qui s'y trouvaient, devas*, nagas*, yakshas*, gandharvas*, asuras*, garudas*, kimnaras*, mahoragas*, humains et non-humains, virent tous, grâce aux pouvoirs mystiques du Bouddha, les innombrables et infinis milliers de millions de myriades de bouddhas sur leurs trônes léonins au pied de la multitude d'arbres de matières précieuses en ce monde Saha*. Ils allèrent jusqu'à voir le Bouddha Shakyamuni avec l'Ainsi-Venu Taho* assis sur leur trône de lion dans la Tour aux Trésors. Ils virent encore les innombrables et infinis milliers de millions de myriades de bodhisattvas-mahasattvas ainsi que les quatre congrégations, qui entouraient avec respect le Bouddha Shakyamuni. A cette vue, ils furent frappés de surprise, d'étonnement et de satisfaction liesse telle qu'ils n'en avaient jamais obtenu auparavant.

A ce moment, du sein de l'espace, les devas* firent d'une voix forte cet éloge : "Au-delà d'innombrables, d'infinis milliers de millions de myriades de quantités incalculables de mondes se trouve un royaume du nom de Saha*, il y est un Éveillé appelé Shakyamuni. À présent, à l'intention des bodhisattvas-mahasattvas il prêche un sutra du Grand Véhicule intitulé Fleur de lotus du Dharma merveilleux, Dharma enseigné aux bodhisattvas et gardé en mémoire par les bouddhas. Il faut vous en réjouir en conséquence jusqu'au tréfonds du coeur, et aussi rendre hommage et faire offrande au Bouddha Shakyamuni."

Les êtres, ayant entendu la voix dans l'espace, joignirent les paumes en direction du monde Saha* et prononcèrent: "Namu (Hommage) au Bouddha Shakyamuni, Namu au Bouddha Shakyamuni". De loin, ils dispersèrent de concert une variété de fleurs, parfums, guirlandes, bannières, dais, ainsi que de parures corporelles, d'objets précieux et merveilleux, sur le monde Saha*. Les objets ainsi répandus arrivèrent des dix directions pour se transformer, à l'instar de nuées qui se rassemblent, en une courtine de joyaux recouvrant universellement les bouddhas de ce lieu. À ce moment, les mondes des dix directions se trouvèrent en communication sans obstacle, comme une seule terre de bouddha.

Alors l'Éveillé déclara à Jogyo* et sa vaste multitude de bodhisattvas :

Les pouvoirs supranaturels des bouddhas sont à ce point innombrables, infinis, inconcevables. Si, pour répondre au désir de tous, je devais, à l'aide de ces pouvoirs supranaturels, exposer durant d'innombrables, d'infinis milliers de millions de myriades de quantités incalculables de kalpa les mérites de ce Sutra afin d'en assurer la passation, je serais encore incapable d'en venir à bout. Pour en dire l'essentiel : l'ensemble des enseignements de l'Ainsi-Venu, l'ensemble des pouvoirs supranaturels et souverains de l'Ainsi-Venu, l'ensemble du réceptacle des mystères de l'Ainsi-Venu, l'ensemble des modes fort profonds de l'Ainsi-Venu sont tous révélés et manifestés dans ce Sutra. (note) Voilà pourquoi vous devrez, après le parinirvana de l'Ainsi-Venu, de tout coeur le recevoir et garder, le lire, le réciter, l'expliquer, le copier et pratiquer selon ce qui y est exposé. Et dans quelque lieu de la terre que vous vous trouverez, s'il en est qui le reçoivent, le gardent, le lisent, le récitent, le copient et pratiquent selon ce qui est exposé, à l'endroit où est gardé un rouleau de ce texte, que ce soit dans un jardin ou dans une forêt, au pied d'un arbre, dans un vihara ou dans une maison laïque, dans un palais, une vallée de montagne ou un désert, il vous faudra chaque fois dresser un caitya et y faire offrande. Pourquoi cela? Sachez qu'un tel endroit est le lieu de la Voie, que là même les bouddhas obtiennent l'Eveil complet et parfait sans supérieur*, que là même les bouddhas mettent en branle la roue du Dharma, que là même les bouddhas entrent dans le parinirvana.

Alors le Vénéré du monde*, voulant réitérer cette idée, s'exprima en stances :

Les bouddhas Sauveurs Vénérés du Monde
possèdent de grands pouvoirs supranaturels.
Pour mettre les êtres en liesse,
ils manifestent d'innombrables forces divines :

leur langue atteint le Séjour de Brahma,
leur corps émet d'incalculables rais de lumière.
C'est pour ceux qui sont en quête de la Voie de bouddha
qu'ils manifestent ces rares phénomènes.

Le son guttural des bouddhas,
leurs claquements de doigts,
s'entendent à la ronde dans les royaumes des dix directions;
le sol tremble partout de six façons.

C'est afin qu'après la disparition du Bouddha,
on puisse garder ce Sutra,
que tous les bouddhas avec joie
manifestent d'innombrables pouvoirs supranaturels.

Parce qu'ils assurent la passation de ce Sutra,
si je devais glorifier durant d'innombrables kalpas

ces gardiens qui reçurent ce texte,
mes louanges n'y suffiraient pas.

Les mérites de ces gens
sont infinis, n'ont pas de limites,
de même que l'espace, dans les dix directions,
ne saurait être délimité.

Quiconque garde ce Sutra
sera désormais capable de me voir
et voir également le bouddha Taho*
ainsi que mes émanations;
et les bodhisattvas qui
ont reçu mes paroles aujourd'hui.

Quiconque garde ce Sutra
met dans l'allégresse,
moi-même et mes émanations

ainsi que le bouddha Taho*
tous tant que nous sommes.

Dans les dix directions, les bouddhas du présent,
tout comme ceux du passé et du futur,
il les voit aussi, leur fait offrande
et les met en liesse.

Le Dharma caché et essentiel obtenu
par les bouddhas assis au lieu de la Voie,
quiconque garde ce sutra
avant longtemps l'obtiendra lui aussi.

Quiconque garde ce Sutra
aura, sur le sens des enseignements,
les termes et les locutions,
une prédication joyeuse, inépuisable :
comme le vent dans le ciel
n'a pas le moindre obstacle.

Après l'extinction de l'Ainsi-Venu,
il connaîtra les textes prêchés par l'Éveillé,
leurs relations causales et leur succession,
il les prêchera selon leur sens, comme ils sont réellement.

Comme la clarté du soleil et de la lune
est capable d'éliminer les ténèbres,
une telle personne, parcourant le monde,
pourra dissiper l'obscurité des êtres.
Elle enseignera d'innombrables bodhisattvas
et les fera demeurer dans le Véhicule unique.

C'est pourquoi le sage
qui entend les bienfaits de ces pouvoirs
devra, après ma disparition,
sauvegarder ce Sutra.
Cette personne, dans la Voie de bouddha,
atteindra, sans aucun doute, la bodhéité.

Commentaire de ce chapitre par Nikkyo Niwano

Ce qu'en dit Nichiren ; Citations dans les goshos

SUITE (chapitre XXII)

 


haut de la page